Flèche haut Flèche bas

Le CLIC

Le Centre Local d'Information et de Coordination gérontologique du nord Rémois, est dédié à l'information et à l'orientation des personnes âgées et de leur famille. Il met également à votre disposition des actions de prévention :

  • Vous accueillir, vous informer sur l'ensemble des services et dispositifs d'aide sur le secteur,
  • réaliser une évaluation de vos besoins, vous proposer des solutions adaptées en respectant votre choix de vie,
  • vous accompagner, si besoin, dans vos démarches administratives et la prise de contact avec les professionnels.

La démarche initiale est à faire en mairie. Ce service est pris en charge en totalité par la communauté de communes.

Les coordonnées :

CLIC du Nord rémois - Mairie 
3 place de la Mairie - 51110 Fresne-les-Reims
tél. 03 26 05 74 19 - fax 03 26 61 60 30
courriel : clicdunordremois@orange.fr

 

Le service social

115 assistantes sociales informent et accompagnent les familles afin de résoudre les difficultés sociales qu'elles peuvent rencontrer : problèmes de logement, d'accès aux soins, aux prestations sociales, difficultés financières, professionnelles, éducatives ...

La réforme de la protection juridique des majeurs, dite « réforme des tutelles », qui entre en vigueur en 2009, a créé pour les personnes en difficulté sociale, une mesure d'accompagnement social personnalisé : la MASP.

Etablie sous la forme d'un contrat conclu entre la personne bénéficiaire et le Conseil général, pour une durée allant de 6 à 24 mois et pour 4 ans au plus, la MASP définit des actions d'insertion, d'aide à la gestion, parfois même la perception et/ou la gestion des prestations sociales et le paiement des charges locatives. Si, au terme du contrat, la mesure n'a pas permis à la personne de surmonter ses difficultés, le juge des tutelles peut mettre en place une mesure d'accompagnement judiciaire, une tutelle ou une curatelle.

 

La protection maternelle et infantile (PMI)

Le rôle du service de protection maternelle et infantile est de veiller au bon développement des enfants de 0 à 6 ans et à la santé des futures et des jeunes mamans. Ce service intervient également pour prévenir les difficultés familiales et la maltraitance grâce à sa connaissance précoce des situations familiales à risque.

Ce service propose un accompagnement des jeunes mamans avant et après la naissance et assure un suivi médico-social des jeunes enfants dans le cadre de consultations gratuites.

Il réalise les bilans de santé en école maternelle auprès des enfants de 3 à 4 ans pour dépister d'éventuels handicaps auditifs, visuels ou des troubles comportementaux. Il est également chargé du contrôle des lieux d'accueil de la petite enfance et délivre l'agrément aux assistantes maternelles.

 

La santé

La lutte contre la tuberculose reste une priorité nationale de santé publique. Le Conseil Général est chargé de mettre en place le dépistage et la prévention de cette maladie épidémique qui, bien qu'en très net recul dans notre pays, frappe toujours les personnes vulnérables. L'équipe mobile départementale organise et assure les études épidémiologiques et les tests de dépistage auprès de ces publics à risque. Le Conseil général finance également les vaccinations obligatoires organisées par les communes.

Le Conseil général, à travers son service des affaires sanitaires, assure aussi le suivi médico-social des personnes handicapées accueillies chez des particuliers et participe aux décisions de la Commission des droits et de l'autonomie (CDA). Instance centrale du nouveau dispositif d'aide aux personnes handicapées, la CDA valide le plan d'aide personnalisé proposé à chaque enfant ou adulte handicapé en fonction de ses besoins.

Enfin, ce service participe à la Commission départementale de coordination médicale qui détermine le niveau de prise en charge de la dépendance assuré par chaque établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes.

 

L'aide sociale à l'enfance

Des actions éducatives conduites au domicile familial, à la prise en charge directe des enfants accueillis en priorité chez des assistantes maternelles ou en établissements spécialisés, de nombreuses actions sont menées par le service de l'aide sociale à l'enfance pour protéger l'enfance en danger, responsabilité majeure du Conseil Général.

Pour prévenir la marginalisation et favoriser l'insertion sociale des jeunes, le Conseil Général, à travers le Service Départemental de Prévention et son soutien aux clubs de prévention, répond aux problèmes spécifiques des jeunes de 12 à 25 ans par un accompagnement éducatif individualisé qui s'appuie sur l'élaboration et la réalisation d'un projet.

Le Conseil Général recueille les enfants pupilles de l'Etat. Il est chargé d'instruire les demandes des personnes candidates à l'adoption et de délivrer l'agrément nécessaire.

 

L'aide aux personnes âgées

Le Conseil Général est responsable de l'aide sociale et de l'hébergement des personnes âgées. Il verse les prestations légales d'aide sociale (Allocation départementale personnalisée à l'autonomie à domicile ou en établissement, frais d'aides ménagères) et prend en charge les frais d'hébergement des personnes âgées disposant de faibles ressources.
Au delà de cette mission obligatoire, son action s'oriente dans deux directions :

  • Favoriser le maintien à domicile grâce à des aides complémentaires (complément d'aide ménagère, téléalarme, garde de nuit itinérante, subventions aux aides techniques) et des actions de prévention des risques liés au vieillissement
  • Améliorer la qualité d'accueil en établissement (humanisation des établissements, développement des projets d'établissement et d'accueil, formation des personnels).

L'aide aux personnes handicapées

Le Conseil Général est chargé de l'aide sociale et de l'hébergement des adultes handicapés. Il verse aux personnes handicapées les prestations légales d'aide sociale (Prestation de Compensation du Handicap, Allocation Compensatrice Tierce Personne et frais d'aide ménagère) et prend en charge les frais d'hébergement en établissement.

Le Conseil Général fait un effort particulier pour faciliter l'insertion de la personne handicapée dans la société (développement des Services d'Accompagnement à la Vie Sociale) et pour diversifier les modes d'accueil de la personne en fonction de son handicap et de son choix de vie (accueil temporaire, de jour, d'urgence, à temps partiel). Une action qui relaie et complète les missions de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), ouverte en 2005 à Châlons-en-Champagne.

 

La lutte contre la précarité

Depuis janvier 2004, le Conseil général est responsable de l'intégralité du dispositif RMI. Une compétence qui couvre tout à la fois l'attribution des allocations et l'insertion sociale et professionnelle du bénéficiaire.

22 chargés de mission et 5 animateurs d'insertion accompagnent les bénéficiaires du RMI dans une dynamique de retour à l'autonomie et à l'emploi. La généralisation du dispositif RSA (Revenu de Solidarité Active), expérimenté dans la Marne depuis janvier 2008, complète cette action en encourageant le retour à l'emploi ou à la formation professionnelle des personnes en situation de précarité.

Parallèlement, le conseil général est responsable et co-finance les actions d'insertion mises en oeuvre et les différents dispositifs de lutte contre l'exclusion : Fonds d'aide aux jeunes mais aussi Fonds solidarité logement car le logement demeure un puissant facteur d'insertion sociale. A travers ces dispositifs, le conseil général agit concrètement pour améliorer les conditions de vie des personnes en difficulté et leur donner les moyens d'une insertion durable.

                 

  Pour contacter l'assistante sociale du secteur :   

Télécharger
Organigramme CSD Witry les Reims
Site CCVS CSD Organigramme.pdf
Document Adobe Acrobat 329.8 KB